Qu’est ce qu’un synode ?

Le mot synode vient du grec. Il est formé de odos (chemin) et sun (ensemble). Il signifie « faire route ensemble » mais également « franchir un même seuil », « habiter ensemble », donc se réunir. Le synode (ou le concile) désigne dans l’Église une assemblée réunie pour délibérer et prendre des décisions en matière de doctrine ou de discipline.

(Source : La Croix)

En bref c’est un temps de concertation et de réflexion !

L’occasion pour toi de faire entendre ta voix sur des questions qui te concernent.

Comment ça se passe ?

Dans le diocèse de Lyon : Le but est de consulter les jeunes de 16 à 30 ans, une fois cette consultation effectuée un rapport est envoyé par le diocèse avec vos idées, vos rêves, votre cri, mais aussi vos doutes ou vos critiques ! Notre évêque pourra ainsi partager nos idées lors du Synode des évêques à Rome.

En France : Un rapport est ensuite fait au niveau national pour synthétiser les idées françaises. Tous les pays du monde auront fait de même.

À Rome : En octobre 2018 les évêques du monde entier se réuniront autour du Pape pour le Synode, qui débouchera sans doutes sur une exhortation apostolique.

 

Quelles sont les étapes ?

Du 9 avril au 9 juin 2017 : Dans le diocèse, la démarche synodale a commencé le 9 avril et s’est poursuivit jusqu’au 9 juin, jour de l’Happy Hour avec le Cardinal.

Courant mai 2017 : Un questionnaire a été mis à votre disposition par Rome (indépendant de notre consultation diocésaine).

Du 14 juillet à octobre 2017 : Rédaction du rapport national par le SNEJV (Service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations)

Octobre 2017 à octobre 2018  : Au niveau du diocèse de Lyon, poursuite de la dynamique de la démarche synodale

19-24 mars 2018 : Réunion pré-synodale avec des jeunes délégués du monde entier

En octobre 2018 : Réunion des Pères synodaux et réflexion sur les jeunes, la Foi et le discernement de la vocation

Et après ? : Publication d’un document de conclusion synodale par le pape François, mûri par les discussions et la prière. Notre devoir à nous, en tant que jeunes : travailler à la mise en applications des réformes proposées.

Retrouvez la vidéo d’invitation du Cardinal Barbarin

3 – 28 octobre 2018 : Synode à Rome

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Lettre du Pape aux jeunes 

à l’occasion de la présentation du Document Préparatoire de la XVe Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques

Chers jeunes,

J’ai la joie de vous annoncer qu’en octobre 2018 se célébrera le Synode des Évêques sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Je vous ai voulu au centre de l’attention parce que je vous porte dans mon coeur. Aujourd’hui même est présenté le Document Préparatoire, que je vous confie comme “boussole” tout au long de ce cheminement.

Lire la suite (si si je t'assure ça vaut le coup)

Me viennent à l’esprit les paroles que Dieu adressa à Abram: « quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t’indiquerai » (Gn 12, 1). Ces paroles s’adressent aujourd’hui aussi à vous: ce sont les paroles d’un Père qui vous invite à “sortir” pour vous lancer vers un futur non connu mais porteur de réalisations certaines, vers lequel Lui-même vous accompagne. Je vous invite à écouter la voix de Dieu qui résonne dans vos coeurs à travers le souffle de l’Esprit Saint.

Quand Dieu dit à Abram « quitte! » que voulait-il lui dire? Certainement pas de s’éloigner des siens ou du monde. Ce fut une forte invitation, une provocation, afin qu’il laisse tout et aille vers une nouvelle terre. Quelle est pour nous aujourd’hui cette nouvelle terre, si ce n’est une société plus juste et fraternelle que vous désirez profondément et que vous voulez construire jusqu’aux périphéries du monde?

Mais aujourd’hui, malheureusement, « quitte! » revêt aussi un sens différent. Celui de la prévarication, de l’injustice et de la guerre. Parmi vous de nombreux jeunes sont soumis au chantage de la violence et contraints de fuir leur pays natal. Leur cri monte vers Dieu, comme celui d’Israël esclave de l’oppression du Pharaon (cf. Ex 2, 23).

Je souhaite aussi vous rappeler les paroles que Jésus dit un jour aux disciples qui lui demandaient: « Maître, où habites-tu? ». Il répondit: « Venez et voyez » (Jn 1, 38-39). Vers vous aussi Jésus tourne son regard et vous invite à aller chez lui. Chers jeunes, avez-vous rencontré ce regard? Avez-vous entendu cette voix? Avez-vous ressenti cette ardeur à vous mettre en route? Je suis sûr que, même si le vacarme et la confusion, semble régner dans le monde, cet appel continue à résonner dans votre âme pour l’ouvrir à la joie complète. Ceci sera possible dans la mesure où, avec également l’accompagnement de guides experts, vous saurez entreprendre un itinéraire de discernement pour découvrir le projet de Dieu sur votre vie. Même quand votre parcours est marqué par la précarité et par la chute, Dieu riche en miséricorde, tend sa main pour vous relever.

À Cracovie, lors de l’ouverture de la dernière Journée Mondiale de la Jeunesse, à plusieurs reprises je vous ai demandé: « peut-on changer les choses? ». Et vous avez crié ensemble un retentissant « oui! ». Ce cri nait de votre coeur juvénile qui ne supporte pas l’injustice et ne peut se plier à la culture du déchet, ni céder à la globalisation de l’indifférence. Écoutez ce cri qui monte du plus profond de vous! Même quand vous ressentez, comme le prophète Jérémie, l’inexpérience due à votre jeunesse, Dieu vous encourage à aller là où Il vous envoie: « N’aie aucune crainte […] car je suis avec toi pour te délivrer » (Jr 1, 8).

Un monde meilleur se construit aussi grâce à vous, à votre désir de changement et à votre générosité. N’ayez pas peur d’écouter l’Esprit qui vous suggère des choix audacieux, ne temporisez pas quand la conscience vous demande d’oser pour suivre le Maître. L’Église même désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi; voire de vos doutes et de vos critiques. Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs. Saint Benoît recommandait aux abbés de consulter aussi les jeunes avant toute décision importante, parce que “souvent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur” (Règle de Saint Benoît III, 3).

Ainsi, aussi par le cheminement de ce Synode, mes frères Évêques et moi-même nous voulons devenir encore plus les collaborateurs de votre joie (cf. 2 Co 1, 24). Je vous confie à Marie de Nazareth, une jeune comme vous vers qui Dieu a tourné son regard plein d’amour, pour qu’elle vous prenne par la main e vous guide à la joie d’un ”me voici!” total et généreux (cf. Lc 1, 38).

Avec mon affection paternelle,

FRANÇOIS

Du Vatican, le 13 janvier 2017

 

SYNODE : UN MOMENT POUR LES JEUNES

Article de Camille Tracol paru dans le Percolateur

En octobre 2018 aura lieu à Rome le synode des évêques autour du pape sur le sujet « des jeunes, de la foi, et du discernement de la vocation ». Vous pensez que c’est loin, que cela ne nous concerne pas ? Vous avez tout faux. Nous, en tant que jeunes, sommes au cœur de la problématique de l’Eglise, et c’est à la fois un honneur et un terrible fardeau, car tout repose sur nous. Sans prendre un air grave en disant que « notre futur est entre nos mains », il est vrai que c’est à nous d’agir afin de bouger, dépoussiérer l’Eglise, afin qu’elle reste, elle aussi jeune, répondant aux problèmes liés à notre temps. Telle est la raison de ce synode. « Quesaco encore » direz-vous ? Comment une réunion rassemblant les plus hautes robes du clergé à l’état grabataire pourrait comprendre la jeunesse ? Un peu d’histoire. Et d’actualité par la même occasion.

Lire la suite (si si je t'assure ça vaut le coup)

Un synode est une réunion des évêques autour du pape, pour réfléchir à des questions pastorales, concrètes, qui se posent en lien avec le temps présent. C’est un lieu de conseil et d’analyse. Remis au goût du jour par Vatican II, et particulièrement avec le Pape François qui souhaite un mode de gouvernement plus collégial[1], le synode est le point de convergence de la dynamique d’écoute menée à tous les niveaux de la vie de l’Eglise. Les laïcs sont les premiers à être sollicités, puis les pasteurs et enfin les évêques. Le chemin synodal atteint son apogée par l’écoute du successeur de saint Pierre, qui se prononce non à partir de ses convictions, mais en tant que témoin suprême de la fides totius Ecclesiae, « garant de l’obéissance et de la conformité de l’Église à la volonté de Dieu, à l’Évangile du Christ et à la Tradition de l’Église »[2]. Ainsi, le fait que le synode délibère cum Petro et sub Petro[3] n’est pas une restriction de la liberté mais une assurance de l’unité de l’Eglise. Conclure le synode revient à porter au monde la lumière de l’Evangile et le message de l’Eglise, pour « cheminer ensemble dans le monde avec les yeux de la foi ».

Nous, jeunes, étudiants et « jeunes pros » de 18 à 30 ans, représentons l’avenir pour l’Eglise. Et parce que nous sommes chrétiens du monde et chrétiens dans le monde, les récents bouleversements sociaux questionnent notre Foi et notre place dans cette Eglise : qu’en est-il du mariage des prêtres, de la place de la femme au sein de la liturgie, de l’homosexualité dans l’Eglise ? Les enjeux de ce synode sont multiples. Il s’agit d’apporter au monde la Lumière de notre Foi, qui est notre assentiment personnel à Dieu. Et pour ce faire, il est primordial de discerner sa vocation, réduite bien trop souvent à la prêtrise ou à la vie religieuse consacrée. Trouver sa place dans une Eglise à la fois intergénérationnelle et reflet de notre jeunesse, qui réponde aux enjeux du temps présent, tel est peut-être l’objectif de ce synode.
« Sortons de nos canapés », continuons de nous informer des problématiques que nous rencontrons, afin de trouver et de proposer des solutions dans l’Eglise. Rendons-nous présents dans nos paroisses et notre diocèse, soyons à l’écoute pour nous rapprocher et dispenser la Miséricorde de Dieu.

[1] La collégialité est un système de gouvernement où les membres ont tous le même statut, le même pouvoir et assument ensemble les décisions prises.

[2] Discours du pape François à l’ouverture du synode sur la famille

[3] « Avec Pierre et sous l’autorité de Pierre », c’est-à-dire du Pape, successeur de saint Pierre, premier pape et représentant du Christ sur Terre.

 

Réunion pré-synodale de mars 2018

Du 19 au 24 mars 2018 près de 300 jeunes du monde entier se sont rendu à Rome pour une réunion pré-synodale, afin de préparer au mieux le synode d’octobre 2018, portant sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel.

Vous trouverez ci-joint le document final de la réunion pré-synodale des jeunes : télécharger le document

La synthèse de la consultation lyonnaise de 2017

Instrumentum Laboris. Les Jeunes, la Foi et le Discernement Vocationnel

L’Instrumentum Laboris, document de travail qu’utiliseront les évêques lors de la réunion synodale en octobre 2018 est paru. Il constitue une synthèse de ce que les jeunes ont exprimé à travers la consultation menée par le Vatican en 2017. Il est disponible sur le site du Vatican à ce lien. En voici un résumé visuel.

En marche vers le synode Lyon

par | Mar 15, 2017 |