Sélectionner une page

Retour sur la soirée Noi Per – 6 octobre 2018

par | Oct 11, 2018 | Actu du synode

«NOUS POUR. Uniques, solidaires, créatifs » : c’était l’intitulé de cet événement inédit dans un synode des évêques !

Une soirée à la fois festive et poignante dans ce qui a été livré par les jeunes ; l’occasion pour les évêques de se mettre une nouvelle fois à l’écoute des réalités concrètes des jeunes, de leurs difficultés, leurs blessures mais aussi de leurs aspirations et de leur créativité.

7000 jeunes sont venus du monde entier pour cette soirée. Parmi eux une centaine ont été investis pour témoigner, chanter et danser.

Nous voulons partager nos rêves et nos choix de vie

Le Pape, assis au milieu de l’assemblée, a assisté à l’intégralité de la soirée, écoutant avec attention chacune des histoires partagées et des questions exposées par les jeunes. Il a pris la parole pour clôturer cette rencontre.

La soirée s’est ouverte sur une chorégraphie rythmée avec tous les jeunes, mêlant danse moderne et hip-hop. Une plongée directe dans le monde des jeunes pour les évêques !

Petit extrait, n’oubliez pas d’activer le son ➡️

Les jeunes dansent devant le pape !

#Synod2018 : les jeunes mettent l'ambiance dans la salle Paul VI pour la #rencontre avec le pape François ! (Mettez le son !) ➡️ http://bit.ly/LeSynode2018

Publiée par KTO Télévision Catholique sur Samedi 6 octobre 2018

Après cette intro explosive, les témoignages se sont enchainés, en alternance avec d’autres performances artistiques.

Les témoignages suivaient 4 thèmes : l’identité, les relations, le travail, la créativité.

Identité

J’ai découvert avec étonnement un autre moi.

Le premier a témoigner est Daniel Zaccaro, jeune italien, qui a grandi dans la délinquance. Il a fêté ses 18 ans en prison après un dernier braquage. Après sa rencontre avec un prêtre en prison, il a rejoint une communauté d’accueil pour y finir sa peine et se reconstruire.

Aujourd’hui il vit en communauté avec un sénégalais, un marocain et un russe, il a repris ses études et est résolu à changer de vie. Parce qu’il a vécu l’abandon, la prison, la solitude, à cause de ses fautes et avec l’expérience de changement qu’il est en train de vivre, il a compris qu’il pouvait aussi être un don pour les autres jeunes.

 

Après son témoignage, une vidéo consacrée à l’art en prison, avec d’autres témoignages, a aussi été diffusée.

Faites-nous rencontrer un évangile vif à travers des visages joyeux comme ceux que j’ai rencontrés ces dernières années. Je remercie Dieu pour leurs témoignages silencieux et quotidien, qui m’ont fascinés et attirés vers le bien et le beau !

Puis c’est Azeez, jeune irakien, aujourd’hui étudiant à Lyon, qui a témoigné. Après avoir raconté son histoire, celle de sa famille, la fuite de son village à cause de Daesh, il a témoigné de sa rencontre avec le Christ sur la Croix, seul et abandonné. Et de sa résolution à aller de l’avant, à aider ceux qui en avaient le plus besoin et même à pardonner.

Ecoutez son témoignage en intégralité  ➡️

Je me suis identifié à Jésus sur la Croix, j’ai pris pour moi Son cri adressé au Père : « Pourquoi m’as-Tu abandonné ? »

Témoignage Aziz

"Je me suis identifié à Jésus sur la Croix et j'ai pris pour moi son cri adressé au Pére : Pourquoi m'as-tu abandonné ? " Découvrez le témoignage complet d'Aziz devant le Pape et les pères synodaux lors de la soirée du 6 octobre au #synod2018 ➡️Pour revivre un peu plus de cette soirée avec Mgr Emmanuel Gobilliard : https://youtu.be/v38utR8mHgg ➡️Pour un retour complet sur la soirée : http://synodejeunes.fr/2018/10/13/retour-soiree-noi-per-6-octobre-2018/➡️Pour en voir plus : www.synodejeunes.fr

Publiée par Jeunes Catholiques Lyon sur Vendredi 12 octobre 2018

⚠️ Pour précision, voilà ce qu’a dit Azeez à la fin de son intervention :

« Voilà je suis devant vous, pas pour vous dire les problèmes qui se sont passés dans ma vie mais pour vous dire que j’ai été sauvé par Jésus-Christ et que je pardonne à Daesh. Maintenant je suis capable de parler cette nouvelle langue, j’ai eu mon baccalauréat… et je suis même à l’université maintenant !

Et je suis sûr que nous les jeunes, nous pouvons faire la différence, nous avons un vrai potentiel pour être le changement que nous voulons voir dans le monde. »

Giovanni Caccamo, chanteur-compositeur italien de 28 ans, après avoir interprété un chant au piano, a notamment témoigné de son amour pour son grand-père.

Il a expliqué qu’il croyait en l’amour éternel, dans les relations qu’il faut cultiver avec patience surtout quand tout est plus virtuel dans notre monde.

 

Les relations dont je parle ne sont pas seulement entre les jeunes, ce sont aussi avec nos racines, avec notre famille !

 

Enfin Valentina, 33 ans a témoigné de la vie qu’elle menait à 23 ans entre une situation apparemment heureuse et le cœur de pierre qui s’installait en elle à force de relations sans lendemain. Elle raconte la sensation de ce vide qu’elle portait ,qui n’était jamais rassasié et qu’elle essayait de remplir en utilisant beaucoup de personnes.

J’avais un cri profond dans mon coeur : je voulais être heureuse ! J’avais besoin que quelqu’un m’aime en profondeur !

Un jour, alors qu’on lui proposait de rejoindre une mission d’évangélisation de rue, elle a enfin fait cette rencontre profonde authentique, avec un amour gratuit face à Jésus dans l’adoration.

Je suis une personne qui a choisi le chemin de la sainteté, du bonheur. C’est un chemin qu’on ne peut pas faire seul et qui m’a appris à demander de l’aide. J’ai appris à dire « nous » au lieu de dire « moi ». Dieu est fidèle, Il donne au centuple !

Relations

Claudio a été le premier à témoigner pour le thème des relations. Ce jeune italien, victime de harcèlement ne se sentait pas digne d’amour. A 18 ans il a commencé à sombrer dans la drogue et l’alcool et à 23 ans il est parti de chez lui pour vivre dans la rue jusqu’à offrir son corps pour survire. A ce moment là cet enfant blessé était en mesure de crier et sa colère est montée contre le monde et contre Dieu.

Alors, au plus profond de sa souffrance, Dieu lui a envoyé une dernière aide grâce à un prêtre. Il est rentré dans une communauté et sa première expérience aura été celle d’un accolade inconditionnée, sans jugement.

J’ai choisi la vie ! Aujourd’hui, me voici, homme libre, capable d’aimer, avec la conscience que Dieu m’aime tel que je suis.

Il a conclu avec beaucoup d’émotions que la communauté l’avait aidé à reconnaître les talents que Dieu lui a donné pour les faire fructifier pour lui même et surtout pour les autres.

Il travaille maintenant dans un restaurant, fait des pizzas, rêve de construire une famille et d’apprendre à mettre Dieu à la première place.

Puis c’est Dario Urbano qui a lui aussi témoigné de ses blessures en racontant son addiction à la pornographie.

C’était un monde fascinant que celui du plaisir et, enfant,  je prenais ces personnes pour modèles. Je ne savais pas que ça ne me rendait pas libre et que ça me détruisait, que je ne pouvais plus voir les personnes sans les déshabiller du regard.

C’est une accolade lors d’une soirée de prière qu’il a reçu comme l’accolade du Christ, devenu chair pour lui, qui a tout changé.

J’ai ressenti que je devais vivre pour quelque chose de grand. Toutes ces souffrances ont fait l’homme que je suis aujourd’hui, qui est encore en chemin. Je veux témoigner de la beauté de vivre pour Dieu et avec Dieu.

Puis deux jeunes, un pianiste et un acteur ont témoigné de leurs rêves.

Et une vidéo a introduit le témoignage de Valentina, qui a témoigné de sa rencontre avec le Christ dans l’eucharistie, dans l’adoration. Et de tout ce qu’elle a quitté pour suivre le Christ et qu’elle retrouve de façon différente maintenant qu’elle commence à donner sa vie. Aujourd’hui Valentina est novice chez les sœurs adoratrices.

Travail

Frederico a lui témoigné de la difficulté de tenir une cohérence de vie dans le milieu professionnel quand on est chrétien .

Puis Ana a témoigné de ses combats en tant que soignante sociale face à la souffrance et notamment face à un jeune garçon atteint d’un cancer, qui était condamné et qui avait l’impression de tout perdre, de ne plus trouver de sens à sa vie. Elle a raconté son échange avec lui, leur discussion sur Dieu, sur Jésus abandonné, sur l’appel à la sainteté en suivant le Christ jusque dans la souffrance, leur prière ensemble. Peu de temps après cet échange elle a reçu une lettre de ce jeune garçon, Hugo :

Maintenant il me reste peu de temps, Dieu m’appellera bientôt. Je dois te dire que maintenant je n’ai plus peur car je sais que tout ira bien pour moi (…) Le jour où je ne serai plus là je ne veux pas que tu sois triste, je veux qu’à partir de maintenant tu vives pour tous les deux, tu t’amuses pour nous deux, tu réalises nos rêves(…) J’ai confié à l’assistante sociale une croix que je veux qu’elle te remette plus tard. Je t’attends au Paradis.

Extraits de la lettre de Hugo, le jeune atteint d’un cancer.

Hugo est depuis décédé et Ana est venue témoigner en portant fièrement la croix qu’il lui a laissé.

Créativité – Don de soi

Pour inaugurer le thème du don de soi, 2 jeunes femmes s’avancent pour témoigner de leur engagement humanitaire : Giulia, 23 ans et une jeune actrice, Chiara, lisant la lettre qu’elle a écrite d’un camp de réfugié au Liban où elle habite au milieu des familles syriennes.

Nous partageons chaque instant intensément : la haine, l’amour, les bombardements, la joie de vivre et la force de vouloir reconstruire… Nous sommes prêts à payer le prix de notre existence (…) Nous ne sommes plus seulement des médiateurs, des volontaires, nous faisons partie de leurs familles, de leurs amis.

 

Puis c’est au tour de Don Alexander Calderon, jeune prêtre équatorien de témoigner de son chemin :

Après avoir fait des études de chimie, été professeur de danse en Italie, puis repris des études de philosophie politique, il s’est laissé déplacer dans sa vie : il a rencontré des penseurs chrétiens et des personnes bonnes qui l’ont approché de Dieu. Il a alors commencé la théologie, « la chimie de Dieu ». Puis il a commencé son chemin de discernement jusqu’à la prêtrise. Tout ce chemin il ne le regrette  pas, car il est pleinement heureux.

Dieu n’enlève pas tes rêves, Il n’enlève rien du don, quand tu donnes, ce que tu as Il te l’amène à 1000%

Si je peux, toi aussi tu peux ! Ensemble nous pouvons changer le monde !

Devise de Design for change

Dernier témoignage : Sara et Laura, colombiennes qui ont été dès leur enfance actrices du changement, grâce à Design for change. Ces jeunes veulent ainsi réaliser 17 objectifs pour l’environnement d’ici 2030. Tout en ayant 11 ans, chacun a été en mesure d’écouter, de débattre et de trouver des solutions.

Questions des jeunes et intervention du Pape

Puis tous les jeunes se sont à nouveau rassemblés pour poser 9 questions au Saint-Père et aux père synodaux. Après que ces 9 questions aient été remises dans une enveloppe, le Pape s’est exprimé librement pour clore cette soirée.

Pour retrouver le live complet de cette soirée, rdv sur KTO TV, ici

Mgr Gobilliard nous a aussi fait vivre cette soirée dans l’épisode 3 du Vlog à Rome :